• La Pyramide de feu d'Arthur Machen

    La Pyramide de feu d’Arthur Machen

    Il y a des éditeurs qui méritent leur nom et qui font du beau et bon boulot. Les Éditions du Panama ré éditent La Bibliothèque de Babel , de Franco Maria Ricci (FMR), la collection de littérature fantastique que dirigea José Luis Borges. Les bouquins, en plus d’être excellents, sont très beaux avec de superbes couvertures et du papier classieux agréable aux doigts. Et ils commencent par une préface du génie argentin, d’une intelligence et d’une précision rares.
    Ce cinquième volume (il en paraît un tous les trois mois) est consacré à trois nouvelles d’un écrivain anglais qu’on ne lit plus trop aujourd’hui, Arthur Machen (voir D&D 29). Inutile de vous dire que c’est un pur délice.
    Dans cette Angleterre victorienne, l’auteur nous entraîne dans des enquêtes quasi policières, où se révèlent peu à peu les explications de phénomènes étranges. Dans La pyramide de feu une jeune fille disparaît et d’étranges signes sont retrouvés aux abords d’une maison perdue dans la campagne sauvage. Dans L’histoire du cachet noir, c’est un professeur d’ethnologie qui disparaît en poursuivant une vérité que personne ne veut écouter. Et dans L’histoire de la poudre blanche un jeune homme est progressivement transformé par cette drogue trop ancienne. Et non, je ne vous en dirai pas plus. Sachez juste qu’avant les hommes il existait d’autres espèces, à la fois proches et lointaines, qui vivaient sous terre et sifflaient en parlant.
    Avec ce que j’ai pu vous raconter dans de précédents billets, vous imaginez mon plaisir à lire cette littérature, d’une exceptionnelle qualité d’écriture et de construction, très loin de la bouillie prédigérée et formatée que l’on trouve dans les rayons étiquetés "fantastique" ou "horreur" des libraires et des supermarchés.
    Alors oui c’est un peu cher, 20 € pour 180 pages, le prix d’un énième tome de 600 pages d’une saga de fantasy interminable comme vous en avez déjà lu des pelletées. Mais vous ne regretterez pas vos euros car le fond surtout - l’originalité des écrits -, et la forme aussi - un très beau livre -, les valent largement.

    Henri Bademoude  

    24 novembre 2007

    Source: http://www.yozone.fr/article.php3?id_article=4243

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :