• Une pierre blanche dans l'histoire des marais
    Le Comité des Marais et Rivières du Pays de Redon et de Vilaine travaillait depuis deux ans à l'édition d'ouvrages de références sur les marais. C'est chose faite, ces livres sont désormais disponibles. Émile Granville, président de l'association et directeur de rédaction des ouvrages, a fait appel aux meilleurs spécialistes ainsi qu'aux historiens locaux et conteurs du Pays de Redon. Près de 40 personnes y ont contribué. 600 pages d'informations, de récits et de documentation, illustrées par 780 photos et dessins. Ces deux livres sont accompagnés d'un DVD de 10 films de 6 mn chacun. Cette réalisation a bénéficié du soutien du Groupement d'Intérêt Public du Pays de Redon et de Vilaine, dans le cadre du programme européen Leader+, et des conseils généraux d'Ille-et-Vilaine, du Morbihan et de Loire-Atlantique.

    Deux tomes Nature et Culture
     
    Lire la suite

    votre commentaire
  • La couverture du livre était trop belle pour ne pas être utilisée immédiatement : la photo en noir et blanc d'un bus, en pleine nature, à moitié recouvert par la neige. Puis le titre, Into the Wild, incrusté en majuscules sur le cliché, comme si les lettres faisaient partie du paysage. Dès le premier coup d'oeil, Sean Penn savait qu'il porterait à l'écran le récit du journaliste Jon Krakauer. "Mon sang n'a fait qu'un tour. Je pensais en faire ma lecture du week-end, mais les images sont venues avec les mots. Je devais l'adapter." Cet impératif s'appuie sur un besoin. Une affirmation de Sean Penn se ponctue toujours avec une cigarette allumée.
     
    Best-seller aux Etats-Unis, Into the Wild (Presses de la Cité, 312 p., 19 euros) relate un fait divers qui a défrayé la chronique. En 1992, le cadavre d'un jeune homme, Christopher McCandless, était découvert dans un bus abandonné en Alaska, loin de tout lieu habité. Ce dernier, fils de bonne famille, fraîchement diplômé de l'université, avait tourné le dos à une brillante carrière professionnelle et rompu tout contact avec sa famille pour sillonner, sous un nom d'emprunt, le sud des Etats-Unis avant de s'installer au coeur de l'Alaska. Lire la suite
     
     

    votre commentaire
  • 4ème page de couverture:
     
    " Je m'appelle Renée, j'ai 54 ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.
    Je m'appelle Paloma, j'ai 12 ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le local à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision: à la fin de cette année scolaire, le jour de mes 13 ans, je me suiciderais."

    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires